Rudi Meyer (1943)

Elève d’Armin Hofmann et d’Emil Ruder à l’Allgemeine Gewerbeschule de Bâle, Rudi Meyer devient en 1963 assistant de Gérard Ifert dans le cadre de l’Expo 64 à Lausanne. En 1964, il part pour Paris. Il y commence une activité indépendante de graphiste, designer industriel, architecte d’intérieur, photographe, cartographe et typographe. Il élabore des logos et des programmes d’image de marque pour Waterman et la Banque Nationale de Paris, des affiches pour Esso, pour le Festival du Marais à Paris, pour la semaine de Kiel, le groupe LVMH et d’autres entreprises encore. Il conçoit des livres, catalogues et rapports d’activité pour les entreprises Michelin, Polaroid, Renault, IBM et Compagnie Bancaire et met au point des systèmes d’orientation pour la Capgemini University et l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs ( EnsAD) de Paris.

En 1974, les modèles de montres qu’il a dessinées pour l’entreprise LIP sont récompensés par le comité du prix « Die gute Industrieform iF » de Hanovre. Ils restent jusqu’à aujourd’hui des objets-culte, représentants par excellence d’un design moderne. Il développe par la suite des cartographies pour la Société Nationale des Chemins de fer Français (SNCF ) et le Réseau Express Régional ( RER). En 1982, il conçoit pour Renault les premiers tableaux de bord purement numériques.

Entre 1999 et 2006, il crée une centaine d’affiches pour le Théâtre du Châtelet à Paris. Voient le jour des oeuvres d’une poésie puissante et dramatique. Elles sont le témoin de sa réflexion sur la typographie, l’image et la signification: une typographie spatiale, faisant intervenir la superposition, la combinaison et le collage de photographies, mais aussi des éléments de création abstraits. C’est cet artisanat, cet esprit pionnier et l’importance des principes fondamentaux du design qu’il enseigne à des générations entières de graphistes, de 1967 à 2004, à l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs. Graphiste suisse et maître du design français, il est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Ruedi Meyer